Storytime #2 : Ils vont au resto… sans moi


Réflexion, Vivre Vegan / lundi, janvier 27th, 2020

Aujourd’hui j’ai envie de me confier sur ce blog. Malgré que son but premier soit la promotion bienveillante du véganisme, j’ai aussi envie d’utiliser cet espace comme un endroit d’échanges et de partage sur les aspects moins cool de ce mode de vie. J’ai donc envie de vous parler d’un récent événement qui m’a touché.

L’angoisse de l’invitation au restaurant

Mon beau-père a décidé de fêter son anniversaire dans le même restaurant que l’an dernier, un restaurant qui s’avère être très axé viande. Pas l’endroit idéal lorsqu’on a fait vœu d’allégeance envers la cause animale !

L’an dernier, nous avions réussi le chéri et moi à obtenir un repas 100% végétarien (quoique, je les soupçonne d’avoir utilisé du bouillon de viande dans le repas…mais bon, passons). Le repas n’était pas dingue, mais l’important pour nous était de pouvoir passer ce moment en famille, tous ensemble, malgré nos divergences alimentaires.

Mon beau-père appréciant l’endroit, il a décidé de réitérer l’expérience cette année. Sauf que les choses ont légèrement changé puisque depuis j’ai basculé à 100% dans un régime végétalien.

Après discussion, il a donc été convenu que ce restaurant n’était pas adapté au régime vegan et que nous fêterions son anniversaire à une autre occasion, et qu’eux iraient à ce restaurant comme prévu le jour J avec le reste des invités.

Quand le repas passe avant la famille

Bien que de sa part il n’y ait pas d’intention maligne, il y a une partie de moi qui se sent heurtée dans toute cette histoire.

De mon point de vue, l’important, c’est d’être en famille. D’être tous ensemble pour célébrer ce moment joyeux de la vie. De profiter de ses proches qui sont encore là. Et pourtant, il apparaît que ce qui se trouvera dans l’assiette de chacun est plus important que les gens qui sont présents autour de la table.

Ma réaction peut paraître puérile, égocentrique ou juste ridicule. Et peut-être qu’elle l’est. J’avais juste la naïveté de penser que l’alimentation n’était pas le centre de l’univers, et qu’être entourée des gens qu’on aime était le plus important.

Je dois m’habituer à ce genre de situation. Je sais que, bien souvent, ce n’est pas intentionnel, que les gens ne nous veulent pas de mal, qu’ils suivent les conventions et n’osent pas sortir du rang. C’est humain, finalement. J’ai juste, peut-être, une autre approche de la vie. Et si un de mes proches devaient se découvrir intolérant au gluten, je préférerais passer mon anniversaire dans un restaurant sans gluten que de me passer de la présence de ce proche.

J’aime être vegan. Je crois à 100% en cette cause et j’espère bien la revendiquer jusqu’à mon dernier souffle. Je suis heureuse au quotidien de ma décision et de mon mode de vie. Mais il arrive que parfois, ce choix soit difficile à porter. Néanmoins, ce ne sont pas ce genre de contrariétés qui me feront vaciller. Cette cause importe trop à mes yeux pour la renier à cause des conventions sociales.

Certains comprendront probablement mon ressenti, d’autres pas. Je ne demande rien. J’avais juste envie d’en parler, de sortir ce ressenti, cette pensée négative, et de la laisser s’en aller. Et aussi pour échanger sur ces aspects moins sympa du véganisme, qui peut faire se sentir isolé parfois.

Et vous, vous avez connu ce genre de situation où le véganisme peut être un frein à votre vie sociale ? Comment les gérez-vous ?



3 réponses à « Storytime #2 : Ils vont au resto… sans moi »

  1. Comme je compatis ! J’espère que la fois où vous fêterez ensemble, ça se passera bien, dans la bonne humeur 😊
    J’ai moi aussi vécu ce genre de petite déception, des discussions un peu houleuses… J’ai même fait la douloureuse expérience de perdre une « bonne amie » à cause de mon véganisme.

    Je pense qu’il est important de partager aussi le moins bon ! J’espère que ça t’a fait du bien ? 😊

    1. Merci pour ton gentil commentaire !

      Heureusement la conversation n’a pas été houleuse, elle s’est faite naturellement… mais ça ne m’empêche pas de me sentir triste de leur manque de réaction et le fait que mes parents n’aient pas réalisé que, oui, ils allaient se passer de ma présence à cause d’un restaurant. Je pense qu’ils ne se rendent pas compte de ce que je peux ressentir dans ce moment-là. :/

      Et pour ton amie, elle ne devait pas l’être vraiment si ce que tu as dans ton assiette est si important pour elle ! C’est triste mais en même ça permet de voir qui sont vraiment les gens autour de nous.

      Et oui, ça m’a fait du bien de tout lâcher dans un article, ça m’évite de ruminer dessus et de broyer des idées négatives qui ne serviront pas à grand-chose !

      Merci encore d’avoir pris le temps de lire et de commenter ♥

  2. Bonjour Eva,

    Je me demandais si tu avais essayé d’appeler le restaurant à l’avance pour savoir s’ils pouvaient te préparer un plat vegan ? en leur suggérant un truc simple si ça leur semble compliqué parce qu’ils en connaissent pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *